CHASSEZ LE NATUREL ET IL REVIENDRA AU GALOP!

Par le 19 octobre 2015
Brigitte Guibord

Et qui dit nature, dit rythme! Le rythme fait partie intégrante de notre écologie émotionnelle. Comme je l’explique souvent, cette écologie est propre à chacun de nous et comporte plusieurs dimensions que nous avons intérêt à connaître, à respecter et à utiliser pour un meilleur taux de satisfaction, et ce, jusque dans nos actions! Attention, je ne parle pas ici de motivation ou d’un manque de motivation ou même de sortir de notre zone de confort, mais bien du respect bénéfique d’une dimension de soi à laquelle nos actions, nos choix et relations doivent correspondre et répondre.

Dans la nature, le rythme est toujours présent et respecté. Avez-vous déjà essayé de tirer sur une fleur pour la faire pousser ou de l’en empêcher? Impossible, pourtant, elle croît à son rythme, naturellement, sans qu’on lui ait montré.

Il en va de même pour le rythme de l’humain et c’est pourquoi il importe de le respecter. Tout être humain, dès la tendre enfance, a son propre rythme d’apprentissage (marcher et parler d’abord), son rythme de digestion, de compréhension, d’action, de mouvement, de pensée, de respiration, etc. Vous avez sûrement déjà remarqué que les autres avaient un rythme différent du vôtre et je gagerais que cela vous a parfois agacé, voire énervé. Il arrive que nous ayons envie de bousculer ce rythme, le nôtre ou celui des autres, pour se plier aux circonstances, parce qu’on se sent pressé par le temps, ou qu’on veut maximiser une performance, se fondre dans le moule. Ou parce que, tout simplement, on se connaît mal ou, pire encore, qu’on accepte mal ce rythme qui est le nôtre. On le trouve trop lent, trop variable, trop rapide, mal adapté. J’ai observé que cette sensation de bousculade, ce constat de rythme inadéquat, était souvent issue d’une comparaison avec les autres ou un idéal de performance, de productivité et de dépassement. Dans tous ces cas, pour moi, la cause rime avec un manque de respect d’un aspect de soi et donc, un manque d’écologie.

Connaissez-vous votre rythme? Celui qui, quand on lui permet, revient au galop? Si oui, arrivez-vous à le respecter dans la majorité des cas?

Diriez-vous que vous faites plutôt les choses à votre rythme ou vous sentez-vous bousculés, frustrés? Que vous dit votre radar senti?

Une bonne façon de le connaître ou de le reconnaître est de suivre ses envies, sa faim, son besoin de sommeil, sans se plier à aucun horaire et si possible, pour une période assez prolongée, en vacances ou en week-end. Peut-être que vous aurez envie de farnienter, de manger léger, deux fois par jour au lieu des trois fois habituelles. Peut-être que vous vous coucherez plus tôt ou plus tard, dormirez un plus grand nombre d’heures. Ne vous inquiétez pas si vous tombez de fatigue les premiers jours et que vous n’avez envie de rien, ce sont les effets de s’être éloignés longtemps de notre rythme basal.

Momentanément, c’est possible, même agréable et bénéfique. Comme dans le cas où un surplus de travail nous éloigne de notre débit habituel et qui nous convient mieux. Aussi, dans le cas où nous poussons un peu la machine pour nous adapter au tempo qui nous est imposé par un groupe. Sans compter le simple fait d’avoir une famille avec les obligations reliées, et le rythme souvent dicté par les plus petits. Nous pouvons bien suivre cette cadence pendant un moment, peut-être même longtemps si nous sommes moins sensible à nous-mêmes, par contre, le naturel finit par revenir au galop et nous avons soudainement besoin de vacances!

Certains signes plus profonds peuvent se manifester quand nous ne respectons pas ce rythme. À trop forcer ou restreindre notre rythme dans la société actuelle, j’oserais dire que nous sommes plus fréquemment invités à le forcer de plus en plus, nous risquons de nous fatiguer, de nous essouffler, de nous limiter, de renier certains de nos besoins fondamentaux, d’épuiser nos ressources d’adaptation et même de devenir insatisfait et d’avoir l’impression de perdre le contrôle. C’est souvent quand nous nous éloignons de ce rythme que nous ressentons le plus d’insatisfaction, de contrariété, d’impatience et que nous nous décourageons et sommes sujets à abandonner. Ceci pouvant aller jusqu’à entacher notre estime personnelle parce que nous nous percevons moins bons, moins adéquats ou incapables. Notre concentration, notre efficacité et notre intégrité peuvent en être pertubées.

Prenons par exemple notre rythme dans l’action. Quelle sensation désagréable et non écologique que d’être poussé à agir, de sentir que nous devons agir maintenant, prêt ou non, ou même de sentir que ce moment est décidé par une tierce personne ou imposé par le milieu ou les circonstances. Nous pouvons alors nous sentir inadéquats, incapables, et pourtant, ce n’est qu’une question de rythme. En être conscient peut changer cette sensation et nous permettre de faire quelques ajustements bienfaiteurs. Comment?

  1. En connaissant notre propre rythme naturel, sans nécessairement le qualifier, mais juste en le sentant et le conscientisant
  2. En s’assurant, malgré les contraintes extérieures hors de notre contrôle, de le respecter le plus possible, et ce, dans toutes les sphères de notre vie (travail, action, famille, santé, éducation…).
  3. En y retournant aussitôt qu’on s’en éloigne, en se permettant une pause ou, au contraire, un regain si le rythme était trop lent pour nous.

Encore une fois, fions-nous à notre radar senti, lorsque nous nous sentons bousculé dans notre rythme naturel, il est rare que nous nous sentions totalement bien et serein.

Respecter son rythme est une responsabilité qui « a bon goût » et qui est payante, car on y gagne calme, efficacité, énergie, intégrité, équilibre. Il en va ainsi pour tous les éléments de notre écologie émotionnelle, pour être satisfait et bien avec ce qu’on est, ce qu’on a et ce qu’on fait. Puisque le rythme extérieur est le reflet du rythme intérieur, soyons cohérents. Naturellement!

Brigitte Guibord
Consultante, conférencière, formatrice en santé émotionnelle écologique
Experte les2arts

mm

À propos de Brigitte Guibord

Consultante, conférencière, formatrice en santé émotionnelle écologique / www.brigitteguibord.com